ARAGE
Association pour la Recherche
sur
l'Animation des Groupes
d'Enfants

LORIENT (Morbihan)

Page d'accueil

Les stages

Pédagogie

En cours

Journées d'étude

Actes

Renseignements

Nous écrire

Liens

 JOURNÉES D'ÉTUDE

L'association ARAGE organise des journées d'étude sur le thème des psychothérapies de groupe d'enfants: conférences, débats et exposés.

DERNIERE JOURNÉE D'ÉTUDE : Vendredi 13 décembre 2013 à LORIENT

CORPS, PAROLE ET PENSÉE

dans les groupes thérapeutiques d'enfants et d'adolescents

Deux conférences. Discussion et réflexions en commun :

1. Thérapie de groupe en institution de très jeunes enfants : du corps à la symbolisation.

Françoise Brillaud, psychologue clinicienne, analyste de groupe et psychodramatiste, Bordeaux.

Comment la thérapie de groupe proposée à des enfants de 2 à 6 ans, accompagnés de leurs éducatrices habituelles, favorise-t-elle la mobilisation du corps et de la relation, du partage affectif et permet-elle peu à peu l'ouverture à la représentation et à la symbolisation ?
Ces enfants présentent des troubles du développement et des pathologies psychiques touchant les premières relations d'objet.
Le projet est de leur permettre de retrouver confiance et plaisir dans un lien fiable aux adultes. Ayant le plus souvent vécu l'échec de la relation "contenante " de la mère, ce dispositif leur offre, grâce à des expériences corporelles primaires avec les adultes, l'accès à une reprise de la maturation et du développement. Le travail porte sur la constitution des enveloppes individuelles et groupales. En effet, les éducatrices et la thérapeute, de manière différente, sont sollicitées dans leur fonction de contenant tant physique que psychique.
Ainsi sont élaborées sur de nouvelles bases les expériences d'attachement, de séparation, de différenciation, permettant l'accès à une triangulation progressive des relations et le passage à des représentations plus symboliques.
Des exemples cliniques viennent illustrer le propos.

 

2. Ecouter les corps en quête de sens : un travail groupal avec des adolescents atteints de lésions cérébrales

Danièle Toubert-Duffort, psychologue clinicienne, analyste de groupe, docteur en psychologie (LASI, Paris Ouest Nanterre La Défense)

Les adolescents que nous accueillons dans des groupes de parole ont été atteints brutalement dans leur corps et sont soumis à des protocoles de soins intensifs. Or si c'est bien la violente et douloureuse rencontre entre le sujet en devenir et l'" accident maladie " (expression d'une adolescente du groupe) qui fait ici débat, la visée de l'analyste est de remettre en jeu, de rouvrir à la relation, de refaire corps. Il s'agit alors pour le clinicien de se déprendre du visible de l'atteinte, d'écouter les corps en quête de sens, de soutenir l'enjeu d'un travail culturel. Cela suppose un va-et-vient corporel entre l'éprouvé et l'image, une élaboration contretransférentielle spécifique, un " passage " de l'hébergement de l'angoisse corporelle à sa transformation.
Nous questionnerons ce qu'un tel travail de contenance implique, en particulier pour amener les adolescents à des niveaux de présence, d'intégration, d'attention et d'organisation psychique plus élevés que ceux manifestés d'emblée.

 

 

 

_______________________________

Journées d'étude antérieures


Pour se procurer les actes de ces journées : cliquer ici
Pour en savoir plus cliquez sur la puce rouge.

1996 - Du maintien, instrument thérapeutique privilégié au cours des thérapies de groupe pour jeunes enfants " (Maïte BRIGUET-LAMARRE

1997 - Les contes comme outil thérapeutique dans les groupes d'enfants " (Janine LAHONTAA et Anne-Marie VERNAY)

1999 - Les Jeux symboliques en groupe" (Michel LEMAY)

2001 - La fonction thérapeutique des règles dans les groupes de thérapie d'enfants" (Jacque SCHIAVINATO et Hervé ROUSSENNAC)

2003 - Le groupe pour qui ? Pour quoi ? Comment ?" (Brigitte BARON-PRETER, Joëlle MERCIER, Hervé ROUSSENNAC)

2005 - La place des groupes thérapeutiques dans l'institution" Leurs interactions, les apports réciproques (Pr Michel LEMAY, Louis Bocquenet)

2007 - Groupe(s) thérapeutique(s) et institution(s)" Construire un espace thérapeutique et réaménager le dispositif…(Alain DENEUX et Corinne MARC)

2009 - Continuer à penser dans une institution de soins" Les interventions en institution. Dispositifs groupaux et formation (Claude OUZILOU et Hervé ROUSSENNAC)

2011 -Trouver, créer, penser dans les groupes. Construire un espace thérapeutique - Outils de médiation (Jean=Pierre LEYMARIE)


Les actes de ces journées d'étude sont disponibles au prix de 5 Euros chaque.. Ecrire au siège de l'ARAGE ,en joignant un chèque.

  Bon de commande à imprimer


Le 16 Février 1996:

Conférence de Mme Maïte BRIGUET-LAMARRE, analyste de groupe, thérapeute de groupes d'enfants :

" Du maintien, instrument thérapeutique privilégié au cours des thérapies de groupe pour jeunes enfants "

Présentation d'expériences de groupes d'enfants par des stagiaires.


Le 19 septembre 1997:

Conférence de MMes Janine LAHONTAA et Anne-Marie VERNAY, analystes de groupe, thérapeute de groupes d'enfants :

" Les contes comme outil thérapeutique dans les groupes d'enfants "

Présentation d'expériences de groupes d'enfants par des stagiaires.


  


 Le 22 novembre 1999:

Conférence du Professeur Michel LEMAY de l'université de Montréal:

 "LES JEUX SYMBOLIQUES EN GROUPE"  
Une forme d'intervention éducative à valeur thérapeutique

Bien des enfants ayant des troubles d'adaptation sociale présentent des difficultés tant à communiquer de façon harmonieuse avec des adultes et leurs pairs qu'à se distancier de l'agir par des processus de symbolisation tels que le langage, les jeux de faire semblant, le graphisme.

Les jeux symboliques en petits groupes, qu'ils soient réalisés en clubs d'activités, à l'école, dans des milieux de loisirs ou dans des services d'aide à l'enfance, constituent des formes privilégiées d'interventions pour rejoindre ces jeunes, les accompagner dans leur développement tout en les aidant à mettre en mots et en scénarios ludiques leur univers intérieur.

Le Dr Michel LEMAY, pédopsychiatre et professeur de psychiatrie de l'enfant et de l'adolescent au Département de psychiatrie de l'université de Montréal, utilise ce mode d'approches depuis une vingtaine d'années dans le cadre d'équipes éducatives avec lesquelles il travaille.

 

  Après avoir présenté les indications et le déroulement de ce type d'approches, il en analysera l'impact sur des enfants suivis en milieu naturel, en centre de jour et dans des internats plus spécialisés, tout en invitant les participants de ce colloque à communiquer leurs propres expériences.
Présentation d'expériences de groupes d'enfants enregistrées en vidéo par des stagiaires et commentées par Michel LEMAY.

Bibliographie du Dr LEMAY : cliquez sur ce lien
 

 Le 14 septembre 2001: "La fonction thérapeutique des règles dans les groupes de thérapie d'enfants"

Exposé de Jacques SCHIAVINATO, Psychanalyste SPP, Analyste de groupe, Membre de l'Institut Français d'Analyse de groupe et de Psychodrame

Le groupe des " Sans papa "
Il s'agit d'un groupe de psychodrame de cinq garçons entre six et sept ans qui n'ont pu aborder la période de latence, débordés par leur vie pulsionnelle; la pensée semble leur faire défaut, remplacée par une excitation motrice qui rend difficile le déroulement d'une psychothérapie individuelle. Ce sont des enfants également en difficulté dans un groupe, recherchant l'exclusivité de la relation avec l'adulte sans pour autant la supporter longtemps, ayant intégré peu de loi interne et pour qui nous avons pensé au psychodrame de groupe.
Il se trouve que ces cinq enfants ont également en commun une carence paternelle, à savoir une insuffisance d'interaction père/enfant en rapport soit avec une distorsion, soit avec une discontinuité, soit avec une absence. Alors que cela n'avait pas été un critère de sélection au départ, nous avons surnommé ce groupe: " le groupe des sans-papa ".
Cette présentation sera centrée sur l'importance du cadre comme contenant et pare-excitant, sur les différents mouvements transférentiels et leurs effets, et sur un évènement qui a fait effraction et mobilisé le groupe sur cette question de la carence paternelle.

Exposé de Hervé ROUSSENNAC, Psychothérapeute, Psychodramatiste

Groupe de Thérapie Analytique par le Dessin
A travers un exemple de dispositif groupal avec le dessin comme support, il sera exposé ce qui, symboliquement, permet à des enfants instables ou inhibés d'accèder, dans un espace de parole personnelle, au repérage de leurs processus psychiques inconscients.
Un certain nombre de questions seront ouvertes:
- Quelle est la dimension symbolique du dispositif présenté à l'enfant?
- En quoi les règles structurant le travail sont-elles thérapeutiques?
- Où se situe le " groupal " dans la visée d'individuation?
Des exemples cliniques viendront illustrer les différentes questions exposées.


  

Le 13 juin 2003


Le groupe pour qui ? Pourquoi ? Comment ?

Brigitte BARON - PRETER
Analyste de groupe, psychodramatiste
Membre de la Société Française de Psychothérapie psychanalytique de Groupe

Du chaos à la représentation esthétique comme lien social

A partir d'un film présentant un nouveau mode de psychothérapie pour jeunes enfants : le scénodrame; nous observerons comment ceux-ci, à la veille de se séparer et de quitter l'hôpital de jour, se servent de ce soin groupal pour élaborer leurs angoisses de séparation. Nous verrons comment cette expérience de crise réactive des angoisses archaïques et suscite des défenses individuelles et groupales d'urgence mettant le groupe en danger. Nous étudierons comment ce dispositif résiste et soutien la métaphorisation grâce à ses effets contenants et à la diversité des objets confiés à chacun des enfants. Avec ceux-ci, ils réalisent les mises en scène de leur scénario personnel et sa mise en jeu groupale. Un processus spécifique s'y déploie que nous avons appelé "objet évolutionnel Maison Esthétique". Celui-ci joue un rôle majeur dans l'élaboration de l'idéal du moi. Nous verrons sa fonction dans ce moment de crise. Les groupes de scénodrame offrent un espace transitionnel permettant l'aménagement de la continuité des liens entre groupes d'appartenance primaire et secondaire

Joëlle MERCIER et Hervé ROUSSENAC
Analystes de groupe, psychodramatistes

Les contenants thérapeutiques de l'avant- et après-groupe

Mettre des enfants au travail en groupe dépend d'un certain nombre de choix que font les animateurs de ces groupes. Il est souvent oublié que tout ce qui environne le travail groupal lui-même procède complètement du soin.
Nous nous proposerons d'évoquer, de discuter, de comprendre l'importance thérapeutique que revêtent tous ces moments :
- présentation du travail
- conditions d'entrée
- accueil dans le groupe
- sortie de la séance
- ponctuations avec l'enfant et sa famille
- modalités d'arrêt.

 

 

Le 10 mars 2005

Docteur Michel LEMAY
Professeur à l'Université de Montréal
Bibliographie du Dr LEMAY : cliquez sur ce lien

Des groupes thérapeutiques type groupes de discussion, psychodrames de groupe, jeux symboliques peuvent jouer un rôle complémentaire fort intéressant dans toute approche institutionnelle.
Afin qu'ils apportent une contribution effective plusieurs conditions doivent être remplies :
-L'institution en elle même doit se situer dans un cadre éducatif et thérapeutique répondant aux besoins individuels et collectifs des enfants.
-Les groupes thérapeutiques doivent être compris par le personnel dans leurs objectifs, leur déroulement, leurs règles, leurs indications et leurs limites.
-Les sentiments éveillés chez les thérapeutes comme chez le personnel éducatif par de telles collaborations doivent être régulièrement nommées et élucidées.
-Un certain nombre de points sont particulièrement utiles à clarifier : secret professionnel, répercussions possibles des actions des uns sur les interventions des autres, partage éventuel des responsabilités...

Tous ces points ont été présentés par le Dr Michel Lemay, pédopsychiatre, professeur de psychiatrie à l'université de Montréal qui pendant plus de trente ans a pratiqué cette forme d'approches en milieu hospitalier, en institutions diverses . Ils ont été ensuite discutés avec les participants du colloque autant par des questions directes que par des témoignages d'expériences.

Louis Bocquenet
Psychologue au Centre Départemental de l'Enfance à Saint-Brieuc.

Des groupes de psychodrame analytique sont en place, depuis douze ans, au Centre Départemental de l'Enfance (Institution dépendant de l'A.S.E.), à Saint-Brieuc.

Louis Bocquenet se propose d'exposer son expérience en deux volets :
- Pourquoi cette mise en place, avec quelles difficultés ou facilités institutionnelles, et avec quels enjeux, antérieurs ou actuels ?
- Sur quelles données conceptuelles et expérimentales s'appuie cette pratique du psychodrame ?

 

Le 26 octobre 2007
"Groupe(s) thérapeutique(s) et institution(s) Construire un espace thérapeutique et réaménager le dispositif…

Alain DENEUX
Psychiatre, Analyste de Groupe
(Institut Français d'Analyse de Groupe et de Psychodrame)

Corinne MARC
Analyste de groupe, Psychodramatiste

De nombreux groupes thérapeutiques, qu'il s'agisse de groupes d'enfants, d'adolescents ou d'adultes, de groupes d'analyse, de psychodrame, ou de groupes à médiation, sont mis en œuvre dans des institutions d'éducation et/ou de soin. Ces institutions sollicitent des thérapeutes, contribuent parfois à leur formation, promeuvent les thérapies, les organisent, y adressent les patients, les encadrent, les soutiennent ou … les contestent, selon les circonstances.

Construire un espace thérapeutique commun, assurer sa permanence et maintenir vivante sa fonction au long cours, ne va pas toujours sans difficultés : groupe et institution doivent trouver des modalités de liens et d'accordage que l'on a parfois comparées à l'emboitement de poupées gigognes - l'un et l'autre se confortant mutuellement.

Les thérapeutes rêvent leur groupe. Mais, selon le principe de réalité, ils doivent pouvoir modifier leur projet initial idéalisé : en fonction non seulement des demandes et contraintes institutionnelles, mais aussi, et surtout, en raison de la personnalité, du comportement et de la pathologie des patients qui leurs sont adressés. Ce qui impose parfois des réaménagements du dispositif, qui s'écartent éventuellement des règles techniques généralement admises.

Ces écarts, ces accommodements, ne sont légitimes que s'ils visent un projet thérapeutique individualisé - qui peut ne pas être en parfait accord avec le projet de l'institution - dont l'éthique du praticien est le garant. Le thérapeute s'appuie alors sur sa formation, ses références, son expérience, c'est à dire son cadre interne, pour maintenir la cohérence de son travail.

A partir de notre expérience d'analystes de groupe et de psychodramatistes, nous illustrerons ces questions par deux situations cliniques :
- la première concerne un groupe de préadolescents dans un ITEP, dont nous présenterons la mise en route et les premiers mois de fonctionnement (Corinne Marc),
- la seconde rapportera l'évolution sur plusieurs années d'un groupe d'adolescents et d'adultes jeunes en service hospitalier spécialisé en addictologie (Alain Deneux).

A travers un groupe de psychodrame psychanalytique dans un ITEP accueillant des enfants présentant des troubles de la conduite et du comportement, avec des difficultés de symbolisation, nous aborderons plusieurs points :
- L'élaboration et la mise en place du groupe dans et avec l'institution.
- Comment, après des débuts difficiles, la pathologie des enfants a amené les thérapeutes à réélaborer et à réaménager le cadre et le dispositif, passant du psychodrame en groupe au psychodrame de groupe.
- Les effets de ce changement sur le travail du groupe : dans le contenu des séances, dans le repérage des mouvements transférentiels, dans le travail de l'intertransfert entre les thérapeutes, et dans l'articulation du groupe de psychodrame avec l'institution.

Le groupe de psychodrame psychanalytique du service d'addictologie a vécu huit ans. Il recevait essentiellement des adolescentes souffrant de troubles alimentaires, plus rarement des suicidants à répétition ou des automutilateurs. Son histoire se raconte en deux épisodes.
- Première période : soutenu par le désir du chef de service, le groupe fut d'abord obligatoire pour tout patient hospitalisé dans l'unité. La fréquentation y était alors importante, mais l'investissement des patients dans le soin très aléatoire. D'abord conçu comme " psychodrame de groupe ", le dispositif évolua en " groupe d'analyse avec psychodrame ".
- Seconde période : l'admission sur indication, après accord des patients, en fit un groupe thérapeutique autonome, distinct des autres groupes institutionnels. Cette distinction confina peu à peu au clivage et à l'isolement, alors que l'institution continuait d'évoluer vers des références plus diversifiées que la seule psychanalyse. Les indications du groupe par l'équipe soignante du service se firent plus rares … et le groupe cessa faute de participants !

   

13 novembre 2009

"Continuer à penser dans une institution de soins"
Les interventions en institution; Dispositifs groupaux et formation

Claude OUZILOU
Analyste de Groupe, Psychodramatiste (Institut Français d'Analyse de Groupe et de Psychodrame)

Depuis une quinzaine d'années, les changements dans le travail de soin psychique et psycho éducatif sont extrêmement sensibles.

On peut citer entre autres :
- l'évolution des pathologies prises en charge en particulier chez les enfants et les adolescents qui manifestent des souffrances de façon différente qu'il y a 10 ans,
- l'évolution des rapports parents enfants aux regards des groupes sociaux d'appartenance qui se modifient et de diversifient,
- l'attention davantage portée sur les liens familiaux avec une plus grande prise en compte du générationnel...

Les conséquences de ces évolutions se font sentir sur le fonctionnement des établissements de soins et sur les personnels très divers soignants ou non soignants.
Ces établissements sont soumis à des variations de leur environnement social politique, économique qui influent sur les systèmes d'organisation.

Quelles sont les réponses possibles à ces mouvements, évolutions ou ruptures tant au niveau institutionnel que pour les personnes qui travaillent dans ce domaine : médecins, psychologues, éducateurs, animateurs... mais également personnel administratif ?

Quelles formations peuvent aider à répondre à ces configurations nouvelles tant individuellement que collectivement ?

Des questions se posent qui nécessitent une remise en cause de certains savoirs et attitudes des soignants et, en conséquence un regard nouveau sur les formations.

Nous analyserons les différentes modalités de perfectionnement, leurs caractéristiques, leurs visées (groupe de supervision, analyse des pratiques, groupe de parole de natures diverses...).

En outre, nous interrogerons les répercussions sur les établissements. Ils ne sont pas seulement des modes d'organisation mais également des espaces psychiques complexes ou interfèrent les aspects personnels de chaque soignant, le collectif institutionnel et les pathologies prises en charge par l'établissement. Cette complexité provoque tensions, désaccords, conflits voire crises... .

Comment mettre en place un dispositif qui facilite une régulation du fonctionnement, récrée des liens plus satisfaisants et permet pensées et projets communs ?
A partir de plusieurs exemples, nous éclaircirons un mode d'intervention qui peut permettre de créer une dynamique nouvelle du fonctionnement.

Hervé ROUSSENNAC
Analyste de groupe, Psychodramatiste

Les indications de prise en charge groupale dans la clinique infanto juvénile, mettent les personnels soignants dans des situations où, quelque soit leur formation initiale, ils peuvent pour le moins se sentir démunis, faute d'une formation spécifique et d'une approche théorico clinique.
La mise en situation de groupe, quel que soit le public concerné, entraine un certain nombre de mouvements chez les participants, mouvements qui n'entrent pas dans les grilles de lecture acquises lors des formations initiales, et peuvent laisser tout soignant face à un sentiment d'étrangeté et d'impuissance quant à en faire quelque chose.
La pratique largement utilisée de groupes dits à médiation, a pu laisser penser que l'objet proposé permettrait de contourner les productions groupales, mais leur mise en place n'a jamais empêché ces processus d'apparaître.
Si l'offre de formation existe, elle n'est pas toujours suffisamment connue pour que chacun puisse clairement s'y repérer, et y choisir en fonction de son désir, le niveau d'implication nécessaire à la mise en œuvre de son travail.
Enfin, nous nous interrogerons sur les enjeux particuliers qu'entraine toute formation à la pratique groupale, au sens où ces acquis viennent également déplacer les positions de chacun dans la hiérarchie des savoirs, et entraine des exigences qui réinterroge les représentations institutionnelles d'un ordre à priori clairement établi et immuable, où la castration et l'altérité n'ont généralement pas leur place.

 

18 novembre 2011 à CAUDAN (56) : Trouver, créer, penser dans les groupes. Construire un espace thérapeutique - Outils de médiation…

Jean pierre Leymarie
Psychologue, Analyste de groupe, Psychodramatiste (Institut Français d'Analyse de Groupe et de Psychodrame)

Trouver, Créer, Jouer, pour Gagner du " pensable " dans les groupes thérapeutiques d'enfants et d'adolescents

  L'évolution des pratiques groupales et l'extension des indications dans les différentes structures de soins infanto-juvéniles témoignent de l'intérêt porté au travail thérapeutique en groupe. Cette valorisation repose sur la reconnaissance de l'efficacité de la situation groupale comme base et terrain nourricier nécessaire à l'émergence de la représentation.
La réalité clinique montre que les conditions pour que le pensable puisse advenir sont variables et dépendantes de la complexité des configurations défensives de ces jeunes sujets empêchés de penser. La diversité et la complémentarité des dispositifs de groupe ouverts dans ces institutions proposent une offre de soins spécifiques dont les modalités techniques sont congruentes aux caractéristiques de leur fonctionnement psychique.
L'important développement des prises en charge groupales confrontées de plus en plus souvent aux effets délétères de l'agir, voire de la destructivité, nous conduisent à réactualiser nos cadres

de pensée mis à l'épreuve de ces registres cliniques aux limites de l'analysable.
Alors comment concevoir ces " espaces potentiels " pour qu'ils deviennent ces lieux de l'entre je/jeux d'où pourront se réanimer cette " pulsion créatrice " et se restaurer les blessures de leur jeune histoire qui entravent leur présent et menacent leur devenir ?
Pour évoquer et échanger sur ces questions : dans un premier temps nous prendrons appui sur notre expérience des groupes à médiations, avec des illustrations cliniques et élaborations théoriques extraites d'un travail de supervision. Dans la partie suivante nous présenterons un parcours thérapeutique d'adolescents dans un groupe de psychodrame analytique conduit dans le cadre d'un hôpital de jour.

Bernadette Kuntawar.

Le jeu dramatique

Dans le cadre d'un Institut Médico-éducatif accueillant des adolescents présentant des troubles importants du comportement et de la conduite, le Jeu Dramatique a été proposé pour un groupe restreint (3 à 4 adolescents).


Catherine Branche et Gwenaëlle Pélissou

Groupe " Contes "

Présentation du dispositif et réflexion sur l'évolution de la trace graphique dans un groupe " contes " thérapeutique pour de jeunes enfants de 5 à 6 ans.

 

Les actes de ces journées d'étude sont disponibles au prix de 5 Euros chaque.. Ecrire au siège de l'ARAGE ,en joignant un chèque.

  Bon de commande à imprimer